Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

LEECTON (canot voile aviron de 4.10 m)

1 2 3 4 > >>

Par Gérard Quillet

 

courriel: misainier-leecton@orange.fr

 

Info au Lecteur. 

 

J'ai choisi d'écrire ce blog comme un livre.

-À savoir que les mises à jour sont faites sur les dernières pages, ou bien des nouvelles pages sont créées  et sont classées à la fin.

-l'écriture a évoluée au fur et à mesure de la vie de LEECTON. 

-Ce fut un livre ouvert pendant toute la durée de la construction et de la mise au point.

 
-Maintenant est venue l'heure de fermer ce livre (mars 2016) et de laisser LEECTON vivre ses navigations.
 
-Je remercie encore tous ceux qui ont ou vont continuer à consulter ce blog. Je souhaite au lecteur autant de plaisir en feuilletant ces pages, que j'en ai eu à les écrire.
 
 -Si vous faites des commentaires (accès à chaque bas de page) j'y répondrai régulièrement si cela se justifie. Il en va de même pour les questions posées.
 
-Bon vent à tous et au plaisir de se retrouver sur les plans d'eau.
 
 

- Date de derniere mise à jour: 05/03/2016

 

  Les 33 articles (10 par pages) ci-après décrivent la naissance et la vie de LEECTON. Vous pouver utiliser la fenêtre de recherche (en haut à droite)   en faisant 'copier / coller' avec le N ° de chapitre du sommaire (page 2) ous en faisant défiler les pages à l'aide de la fonction «page suivante».

 

- Les pages accessibles latéralement (lien coté droit) contiennent les différents albums de photos de la construction. Des photos de navigation sont intégrées(à partir de la Page 23)

______________

 

LEECTON est aussi membre de:

- l'association "voile et avirons dans les pertuis" à la Rochelle,,que vous pouvez retrouver sur le site correspondant ( en tapant VAP dans votre moteur de recherche)

 
-et aussi l'association Voile et Nature (basée à l'Eguille sur seudre)

 

______________________________________________

 

«Tout ce que les hommes ont fait  de beau et de bien, ils l'ont construit avec leurs rêves ......»

 

            C'est sur cette maxime extraite de «la longue route» de Bernard Moitessier que j'ai choisi de décrire ci-après l'histoire de LEECTON, le canot - voile / aviron que j'ai construit (entre fin 2008 et début 2010)

           "LEECTON": est le mariage et la compression de deux mots;

- Tout d'abord: LEE, qui est un fleuve irlandais,

- Et puis: ...... CTO, qui est une compression de Picton (ancien golfe des Pictons ", qui depuis qu'il est envasé, constitue la partie sud ouest du marais poitevin, aussi appelé« La Venise Verte »
 

                            ( et c'est  aussi mon pays natal).


 P4220286

 

 

           Comme convenu lors de la création de ce blog, et Maintenant que la mise à l'eau a été  faite, J'ai  choisi de compléter la réalisation d'une description des premiers essais. 

 

             Ils ont été faits le 22 avril 2010, où LEECTON a Touché enfin l'eau sur le lac de Vioreau, à la Base Nautique NSV.

            La revue «Le Chasse-Marée" ( www.chasse-maree.com ), par le biais de son  rédacteur en chef, a participée aux premiers  essais. 

 

         Elle a Souhaité faire Profiter ses lecteurs d'un reportage traçant la naissance et la construction de LEECTON, dans l'article qui est paru dans Le numéro 226 (septembre 2010)

 

       Je profite de cette occasion pour remercier "Le Chasse-Marée" (plus personnellement Gwendal Jaffry) pour l''intérêt Porté à la réalisation de LEECTON.

           J'en Profite aussi pour remercier Thierry de la base  NSV,pour sa disponibilite lors des prises de Vues sur le plan d'eau. Je ne Doute pas de la Qualité des images qu'il aura permis de faire par "Le Chasse-Marée». Les Lecteurs de la revue le constatent à CHAQUE nouveau numéro, dont la qualité est toujours tirée vers le haut.

 

 P4220268-copie-1

 

Le modeste concepteur-constructeur, Quelques instants avant la mise à l'eau de LEECTON.

Il ne semble pas stressé ............ malgré une certaine fébrilité ......... 

 

Le ciel est clair, vent variable de 5 à 15 noeuds ..... font les conditions idéales pour les premiers bords

 

 

Dans quelques  instants, LEECTON va rencontrer L'élément liquide pour lequel il a été conçu.

N'ayez crainte, il n'a pas fait eau ...... mais ça , le constructeur n'en  doutait pas

 

P4220266

 

 La remorque cassante facilite la mise à l'eau, par une seule personne.

 

 P4220267

 

 La voile est établie, l'écoute de voile reprise dans La gueule de raie, le safran à poste.

Une derniere Vérification s'impose avant de larguer l'amarre.

 

L'oeil du capitaine (statut que je ne revendique Pas ......) ne détecte rien d'anormal, alors on-peut y aller. Je ne boude pas le plaisir d'embarquer mon frère, venu profiter de cette  première sortie.

 

 P4220271

 

 Enfin libre de tout lien avec  la terre ferme.

Dérive et safran sont descendus. La voile est bordée , et LEECTON s'éloigne.

 

On  constate  que l'assiète est correcte, Mais il faut être vigilant à la position du barreur et de l'équipier, afin que le tableau arrière ne traine pas d'eau. C'est très important sur des bateaux à faible déplacement.

 

P4220294

 

 Après un long bord de près, retour vers la rive, avec quelques risées à 15 noeuds. Le bateau accélère instantanément, sans accuser de gîte excessive. La coque se cale sur le bouchain (le bau maxi a volontairement été augmenté, pour donner de la raideur à la toile, sans gite excessive. C'est rassurant afin  de pouvoir embarquer les petits enfants ..... et oui je suis papy) 

 

 

 P4220300

 

 Changement d'équipier, et la barre est confiée à Gwendal du «Chasse-Marée» .

 

 Après différents Bords, il a été constaté  que le bateau était légèrement  ardent sous les risées, mais rien qui ne nécessite de modifier la quête du mât. Par contre pour un meilleur confort de barre, elle devra probablement être rallongée de 30 cm environ.

 

P4220315 

 

Retour au port ...... l'équipier «avant» va bientôt affaler la voile, alors que le barreur remontre la dérive et le safran.

 

 La trainée très faible de la coque, fait qu'avec très peu d'erre, le bateau continue sa course tout  en douceur vers le rivage.

 

P4220314

 

 Evolution au près, prises de vues faites par Gwendal du «Chasse-Marée».

 

 Je ne dispose pas de photos sous avirons, mais les essais  Réalisés  ont donné  entière satisfaction.

Néanmoins nous avons perdu un tolet. Il faudra donc  revoir la façon de les assurer aux toletières, afin d'eviter Leurs Remontées sous les mouvements d'aviron .

           C'est ce qui a été fait, voir la 'page 19' modification apportée décrite, avec les photos correspondantes.

 

En conclusion: après ces  premiers bords et après  la modification de la fixation des tolets, j'estime que LEECTON est paré, et il s'apprête à maintenant profiter des plans d'eau et des bords de mer.

 

 __________________________________________________

 

 

Et comme proposé, Vous trouverez ci-apres, le cheminement qui m'a conduit de la première réflexion,  au choix de  la construction complète de ce canot-voile / aviron de  4,10 mètres.

                                     _________________________________________________________________

 

Désormais LEECTON dispose de deux types de gréements différents:  Celui d'origine (misainier) et le nouveau (sloup au tiers / voir les détails de l'évolution page 25)
Désormais LEECTON dispose de deux types de gréements différents:  Celui d'origine (misainier) et le nouveau (sloup au tiers / voir les détails de l'évolution page 25)

Désormais LEECTON dispose de deux types de gréements différents: Celui d'origine (misainier) et le nouveau (sloup au tiers / voir les détails de l'évolution page 25)

Voir les commentaires

Published by LEECTON - - constructeur amateur voile-avirons

 

            ____________________________________________________

Je commence  donc par me livrer à un premier travail d’écriture  pour détailler le sommaire ci-après que je vais essayer de suivre, en le documentant de quelques photos  faites tout au long de la construction.

 ______________________________________________________

SOMMAIRE :

(vous pouvez accéder directement au chapitre voulu en tapant  le titre ou le N° , ou  en faisant un 'copier/coller' dans la fenêtre 'recherche' de droite)

 

             Synthèse de la démarche: 

 

-3- objectif  et motivation de la construction

-4- bibliographie et source documentaire ayant guidé  mes choix

-5- choix du bateau , du mode de construction et des matériaux

-6- traitement et finition

-7- outillage, budget consacré et temps passé

 

 détails de la construction :

 

-8-  quille, étrave et étambot, tableau arrière

-9- puit de dérive / dérive , safran

-10- accastillage métallique.

-11-  chantier d’assemblage pour construction de la coque

-12-   outillage spécifique pour ‘scarfer’ les clins de coque

-13-  fabrication et pose des clins

-14-    fabrication et pose des membrures ployées et des serre-bauquières/listons 

-15-     réalisation des volumes de flottabilité 

 -16-     aménagements intérieurs (varangues, bancs, coffre, pont AV, pied de mât)

 -17-     mât et vergue

 -18-     voile et manœuvres 

 -19-       toletières, gueules de raies , avirons et planchers

 -20-    vernis, peinture et antifouling

 -21-     Gréement, mise sur remorque et  homologation.

 -22-   FIN et si c’était à refaire…….ce que je corrigerais, ou je modifierais.

           Glossaire (des principaux termes de marine, utilisés dans ce texte)

 

La vie de LEECTON au fil du temps

 

  -23- Que devient LECTON ?    

  -24- LEECTON au travers des différentes évolutions

   -25- LEECTON version sloup au tiers

   -26- Que fait LEECTON sur les plans d'eau ?

   -27- LEECTON et la godille chinoise

  -28- LEECTON et les navigations estivales 2013

  -29- LEECTON revêt une bâche enfin adaptée.....

  -30-  La barre de LEECTON s'équipe (bloqueur....stick......)

  -31- foc à balestron autovireur

  -32- cabanage pour LEECTON

  -33- la transhumance des pertuis  (juillet 2014)

 

 

 

 

Voir les commentaires

Published by LEECTON - - construction amateur voile-aviron

 

   OBJECTIF ET MOTIVATION  DE  LA CONSTRUCTION.

 

Après une première expérience de construction  d’une prame voile/aviron «laïta» sur plans de François VIVIER (voir le site :www.francois.vivier.info/index.html )

 

pti-prince-20

 

et d’un canoë  sur plan de la canoterie (voir l site : www.lacanoterie.com/index.htm),

 

canoe-31

 

j’ai choisi de passer au stade supérieur en dessinant mon propre bateau.

 

 L’objectif souhaité étant de m’inspirer de constructions existantes, pour mener à bien cette expérience choisie, avec la garantie de respecter  la division  240 relative à la sécurité des navires  (navires de plaisance à usage personnel et de formation, de longueur inférieure à 24 mètres). En effet  lors de mes réalisations précédentes, j’avais été  plutôt frustré par l’abondance de détails et de définitions des architectes,  ayant  largement facilité les  constructions.

En exprimant cela d’une autre façon, j’avais trouvé plutôt facile (peut-être trop facile ?) le suivi scrupuleux de leurs livrets, instructions et plans. Bien sûr je rends hommage aux architectes, pour leurs travaux de vulgarisation  de  la construction amateur, et je suppose qu’ils sont conscients, au travers de leurs diffusions, de faire naître quelques tentatives comme celle que je détaille ci-après.

 

En exergue, je dois indiquer que ma formation de dessinateur  industriel, associée à une frustration de manque de travail manuel tout au long de ma vie professionnelle,  sont des facteurs ayant très largement influencé mon envie de franchir le pas.

Donc à l’heure ou sonne la disponibilité après une vie professionnelle intense, il était normal de vouloir tenter l’expérience.

  J’avais d’ailleurs largement anticipé cette démarche, par des recherches, études et lectures sur les différents modes de constructions navales ; et  ce depuis 3  à  4 ans déjà.

 

Enfin, outre la mise à l’eau, l’ultime objectif était aussi de faire accepter le ‘‘navire’’  par les affaires maritimes, afin que la construction soit totalement reconnue (N° CIN  attribué)

 

 

 

Voir les commentaires

Published by LEECTON - - construction amateur voile-aviron

 

 

    BIBLIOGRAPHIE ET SOURCE DOCUMENTAIRE AYANT GUIDE MES CHOIX

 

Je suis un fidèle abonné  à la revue « le chasse-marée » (www.chasse-maree.com) depuis de nombreuses années, et ça représente une base documentaire importante, au travers des nombreux articles présentés. C’est d’ailleurs par le biais de cette revue que j’ai découvert l’existence de l’architecte François VIVIER. Je lui dois à son insu (mais je l’ai prévenu depuis) ma première source  documentaire. Son site est riche de fiches techniques et de différentes photos de l’ensemble de ses réalisations.

 

IMG 3182

 

De plus les diverses éditions proposées, par la revue « le chasse-marée », ont été largement consultées pour faire mes propres plans. J’indique ci après les principales :

·        Guide de la construction des bateaux en bois

·        Guide de la manœuvre des petits voiliers traditionnels

·        Guide des nœuds et du matelotage

·        Guide des termes de marine  : voir  petit glossaire en fin de blog (chapitre 8) 

·        Construction pratique des embarcations et petits yachts en bois

·        Restaurer et entretenir les bateaux en bois

 




Voir les commentaires

Published by LEECTON - - construction amateur voile-aviron

 

   CHOIX DU BATEAU, DU MODE DE CONSTRUCTION ET DES MATERIAUX .

 

Parmi tous les ouvrages que j’ai lu, c’est le guide de la construction des bateaux en bois, qui a très largement inspiré mes choix. A la fin du livret, il y est sommairement tracé des plans libres de reproduction. Je me suis donc inspiré du ‘canot en forme’ pour tracer les bases du ‘voile/aviron’ que j’ai défini.  J’ai toujours eu un coup de cœur pour les coques à clins, c’est donc ce mode d’assemblage que j’ai choisi.

Voici ci-après les principales caractéristiques que j’ai retenues :

·      Longueur de coque     4,10 mètres

·      Bau maxi                    1,68 mètres

·      Dériveur lesté           (poids dérive : 28 kg)

·      Surface de voile          10,50 m²

·      Coque à clins      CP ‘nautique’ de 9 mm.

·      Catégorie de construction     « C »

 

 

le misainier 203

le misainier 204

le misainier 205
 

le misainier 206
 


Pour les matériaux, en fonction des opportunités d’approvisionnement et des moyens de façonnage dont je disposais, j’ai retenu :

 

·        Quille                                               sapin lamellé/collé

·        étrave/étambot/marsouins/chapeau :   pin/sapin

·        Coque          (CP qualité nautique) CP OKOUME de 9 mm

·        Bande molle                                     inox épaisseur  2 mm

·        Mât et vergue                                   pin lamellé/collé

·        Dérive                                        acier galvanisé  de 10 mm.

·        Safran                                              CP marine de 15 mm.

·        Serre bauquière /listons                                  pin

·        Membrures ployées (2 sections différentes)    sapin

·        Rakenn, toletières, gueules de raie                  chêne


 

 

Voir les commentaires

Published by LEECTON - - construction amateur voile-aviron

 

  TRAITEMENT ET FINITION

 

Toutes les surfaces sont imprégnées époxy avant collage au ‘joint congé’. Les surfaces intérieures  et extérieures, reçoivent  3 ou 4 couches de vernis époxy incolore (première couche fortement diluée à l’eau pour une parfaite imprégnation) Les surfaces extérieures  sont ensuite  recouvertes de peinture époxy blanche  (2 couches) et enfin  les œuvres vives sont recouvertes d’un antifouling bleu roi.

IMG 3109


IMG 3106


IMG 3124

IMG 3129


 

Voir les commentaires

Published by LEECTON - - construction amateur voile-aviron

 

    OUTILLAGE,  BUDGET CONSACRE ET TEMPS PASSE

 

Un élément déterminant dans le choix de construction et de la longueur de coque (limitée à 4,10 mètres) : la longueur utile dans mon garage pour travailler tout autour du bateau en chantier.

 Malgré tout  le chantier était mobile et me permettait de travailler dehors, quand la météo était favorable.

 

OUTILLAGE : je n’ai pas utilisé d’outillages lourds, mais uniquement des outillages électroportatifs  classiques, ainsi que les accessoires classiques du travail du bois. La liste ci-après non exhaustive, se veut malgré tout la plus complète possible :

 

·        Rabot électrique de largeur 80 mm

·        Scie sauteuse de 650 W autorisant une profondeur de coupe de  65 mm

·        Ponceuse à bande de largeur  75 mm

·        Perceuse électrique à vitesse électronique

·        Perceuse/visseuse à couple réglable

·        Défonceuse à main pour laquelle j’ai créé des outillages spécifiques aux besoins rencontrés (voir  dans les détails de construction)

·        Les outillages à main classiques utilisés par le menuisier

·        1 établi de type WORKMATE

·        2 paires de tréteaux

·        une douzaine  de serre-joints de 200 mm  (c’est vraiment le minimum)

 

outillages spécifiques au chantier de construction :

·        8 canaps  (pince bois pour assembler les clins / voir dans les détails de construction)

·        table de fixation de la défonceuse pour les travaux de rainurage

·        table inclinée et table guide pour réaliser les ‘scarfs’

·        contre bouterolle pour poser les rivets

 

 

BUDGET CONSACRE :

 

            Bien entendu le détail ci-dessous peut paraître modeste pour certains, dans la mesure ou j’ai eu l’opportunité de recycler des matériaux (dans ce cas  là gratuits)  et d’avoir pu utiliser gracieusement les aciers disponibles dans mon entreprise. Le tableau présenté indique le budget que j’estime prévisionnel si j’avais dû acheter ces produits.

 

PRODUIT/MATERIAUX                           COUT                         PREVISIONNEL

 

Lamellé collé de  sapin (ép 50mm)                               gratuit                                                                            (estimé) 250 €

Avivés de sapin ép 30 mm pour tableau AR                   35 €

CP nautique de 9 mm (5 feuilles de 122x250)              277.50 €

CP nautique de 6 mm (1 feuille de 122x250)                  38,5 €

Bande molle inox épaisseur 2mm                                 gratuit                           (estimé) 60 €

Dérive galvanisé selon plan spécifique                          gratuit                           (estimé) 220 €

Ferrures diverses inox                                                 gratuit                           (estimé) 32 €

Avivés divers pin/sapin (aménagements)                       276 €

Avivés pin sans nœuds (espars)                                    120 €

Résine et joints congés                                                 352 €

Peinture époxy                                                              33 €

Antifouling                                                                    39 €    

Rivets cuivre                                                                  74.31 €

Charnières et loquet inox                                               46 €

Accastillages et cordages                                              334 €

Voile au tiers selon plan                                                539.40 €

Visserie inox                                                                80 €

 

                                    TOTAL réel :                         2244.71 €

            TOTAL estimé :                                 (estimé) 562 € 

 

  Remorque porte bateau  de 440 kg de PTC :   830 €  (remorque achetée neuve)

 

            Bien entendu les prix peuvent varier de façon importante, selon les choix de matériaux, mais il semble raisonnable de dire qu’avec un budget maximum de  4000 €, il reste possible de se faire plaisir, si on dispose de temps et d’huile de coude ( voir ci-après)

 

                        TEMPS PASSE :

 

            Tout d’abord un mot sur le calendrier : je passe sous silence le temps de la réflexion, de la documentation et des différents  tracés  de plans. Cette période s’est étalée sur une bonne année.

            La fabrication réelle a commencé en avril  2008, pour s’achever en novembre 2009.

           

            Je n’ai pas suivi un ordre académique dans la mesure où j’ai tout d’abord fabriqué beaucoup d’éléments avant de  commencer la coque. Ce choix était dicté par le fait qu’au début je n’étais pas totalement disponible (seulement les WE et vacances, jusqu’en mars 2009).  Donc j’ai fait dans l’ordre :

 

                        En 2008  (pendant la période d’activité professionnelle)

  • puit de dérive  avec couvercle de puit
  • safran complet avec barre de manœuvre
  • dérive métallique galvanisée
  • accastillage métallique (aiguillots/fémelots/étambrai/rocambeau….)
  • quille, étrave, étambot, chapeau, râblure
  • tableau AR
  • mât, flèche

 

En 2009  (après la fin de mon activité professionnelle)

  • chantier de construction de la coque
  • tracé, usinage et pose des clins 
  • traitement et finition extérieure de la coque
  • retournement de la coque
  • membrures ployées
  • volumes de flottaison
  • bancs, coffres, aménagements intérieurs
  • serre bauquière / listons / toletières / ailes de raies……
  • planchers démontables
  • avirons (1seule paire)
  • vernis et peinture
  • gréements mobiles et dormants
  • finitions…..

 

La tenue d’un décompte de temps  passé,  indique que j’ai consacré  180  heures en  2008 et 640 heures en 2009, soit au total  820 heures, pour la construction totalement finie du canot – voile / aviron  LEECTON.

 

IMG 3146
 

                                                               

IMG 3127

 
 

IMG 3133


 

 

Voir les commentaires

Published by LEECTON - - construction amateur voile-aviron

 

 

   DETAILS DE LA CONSTRUCTION :

 

     Quille, étrave et étambot, tableau arrière :

 

Pour commencer, au moment où je recherchais  des avivés de sapin pour faire le débit des différentes pièces, j’ai trouvé une chute de charpente en lamellé-collé de longueur et largeur me permettant de faire tous mes débits. Seule l’épaisseur était trop importante, mais j’ai pu faire raboter l’ensemble (avant débit) à l’épaisseur souhaitée de  50 mm.  De plus je me suis fait confirmer que le système de collage  était compatible avec une utilisation en eau.

 

construction-1 2651

 

            Dans cette pièce de bois ont été tracés puis  débités la base de la quille, l’étrave, l’étambot, ainsi que les  deux  marsouins AV et AR (pièces de renforts entre la quille, l’étrave et l’étambot)

 

le misainier 051

 

      Avant de procéder à l’assemblage des différentes pièces, il est nécessaire de façonner le chapeau de quille qui recevra les galbords  (les  premiers bordés,  les plus près de la quille). Le chapeau  est chanfreiné sur les bords inférieurs pour obtenir les pentes nécessaires à la mise en forme de la coque (angle variable selon la position)

      L’assemblage des différentes pièces est fait à l’aide de colle « joint congé époxy » à prise lente (prise en 24 heures et réticulation complète en  7 jours). Il  est renforcé par des tiges filetées inox (M12) avec les écrous encastrés en plein bois et noyés dans la colle époxy.

      Le chapeau est aussi maintenu sur  la quille, avec des vis à bois à têtes noyées.

 

le misainier 057
      

 Après réticulation complète, l'avant est travaillé pour fendre l'eau (un chanfrein de chaque coté réduit la largeur parpendiculaire  à la vein d'eau)

le misainier 058

 

      Le passage de la dérive, avait été préalablement réalisé dans la quille et le chapeau. Il est  maintenant ajusté.

le misainier 053

 

      La râblure est réalisée de chaque côté de l’étrave, dans le prolongement du chapeau de quille.


le misainier 103

 

            Un anneau de remorquage (surtout nécessaire pour la mise sur remorque du bateau) est posé au travers de l’étrave, avec une contre plaque inox à l’intérieur de la coque. Ensuite une bande molle inox est façonnée et posée (vis inox et colle époxy) depuis le haut de l’étrave jusqu’à l’extrémité arrière de la quille, en contournant le passage de la dérive (afin que toute la partie inférieure soit protégée)

 

le misainier 167

 

      Le tableau arrière est composé de 3 avivés de sapin assemblés entre eux par rainures et lames de CP de 6 mm largeur  20 mm  (formant rainure/languette) et collés à la colle époxy. Il est ensuite tracé et découpé avec une sur-côte  sur le pourtour.

 

le misainier 065

 

      Il est vissé et collé sur l’étambot, après avoir  ajusté uniquement la partie basse qui s’encastre au dessus de la quille. Le contour du tableau arrière sera ajusté au fur et à mesure que les clins de coque seront présentés

le misainier 080

o-o-o-o-o-o-o-o-o

           

Voir les commentaires

Published by LEECTON - - construction amateur voile-aviron

 Puit de dérive, dérive, safran et barre:

 

            Le puit de dérive est construit avec les chutes de découpe de la quille et du CP nautique de 9 mm, pour les faces latérales. Le passage  est de  32 mm sur toute la surface intérieure. Le chapeau de fermeture, qui s’encastre dedans, est prévu pour se glisser sous le banc de nage qui cachera aussi  le passage de la commande de la dérive.  Le traitement intérieur du puit de dérive est fait par résine époxy, pour le rendre totalement imputrescible. La base inférieure est de même largeur que le chapeau de quille, sur lequel elle est vissée et collée époxy.

le misainier 069

 

La dérive réalisée en acier de 10 mm, est ensuite galvanisée à chaud. Tous les trous sont faits avant galvanisation. En partie supérieure est disposé de chaque coté, un  patin en PVC de 10 mm d’épaisseur, tenu par des vis inox et écrous encastrés, afin de ne pas présenter d’aspérités. Ce sont ces deux patins qui servent à guider la dérive dans son puit, et de butée sur le chapeau de quille, lorsque la dérive est baissée.

 

le misainier 118

 

La construction du safran et de la partie mobile ne présente pas de difficulté. Seule la partie mobile doit être lestée d’une masse de plomb, pour éviter toute rotation engendrée par la flottabilité  du CP de 15 mm. La barre de commande est simplement encastrée dans la chape du safran. Elle reste très facilement démontable.

 

le misainier 074

 

                                


 

Voir les commentaires

Published by LEECTON - - construction amateur voile-aviron

  

     Accastillage métallique:

 

            Pour tout l’accastillage métallique j’ai opté pour l’inox, en raison de la source facile d’approvisionnement  dont j’ai disposée.

 J’aurais pu acheter ces ensembles dans une quincaillerie de marine, mais j’ai préféré les fabriquer, ou plutôt les faire fabriquer  avec l’aide de quelques bons soudeurs (ce que je ne suis pas). Ont été réalisés selon la définition donnée :

·        Le rocambeau de 80 mm de passage et crochet ouvert

·        Les aiguillots et fémelots du safran

·        L’axe de la dérive (vis et fourreau)

 

le misainier 076

 

            Pour la tenue du mat, l’étambrai est réalisé par un collier  de 80 mm constitué de 2 demi-coquilles  avec joint caoutchouc de serrage. La demi-coquille fixée à demeure sur le massif à l’avant de la coque (tampo) est tenue par une tige filetée inox et 2 vis avec plaque d’appui. La demi-coquille mobile est rendue imperdable par chaînettes inox sur les vis de serrage.

 

 

        construction-1 2982
 

 

Voir les commentaires

Published by LEECTON - - construction amateur voile-aviron

1 2 3 4 > >>
Haut

 LEECTON (canot voile aviron de 4.10 m)

construction amateur d'un canot voile-aviron

Pages ou articles ayant eté visités depuis l'origine.

Hébergé par Overblog